Cas pratiques

Les médias se font l’écho de la santé mentale au Rwanda

En avril 2014, Handicap International communique sur la santé mentale au Rwanda. L’écho est positif du côté des médias. Explications de Sophie Gaguin, Chargée des Relations presse de l’association.

Quelle est la genèse de ce projet ?
En 2014, Handicap International a conclu un partenariat média* avec le groupe Bayard, dont fait partie le quotidien La Croix. Dans ce cadre, nous avons proposé à la rédaction de traiter plusieurs sujets sous la forme de reportages sur le terrain. Parmi eux, la thématique de la santé mentale au Rwanda, en lien avec les 20èmes commémorations du génocide en avril 2014, a retenu l’attention du journal. Le quotidien avait d’ailleurs déjà envisagé de faire paraitre un dossier spécial Rwanda au mois d’avril. Notre intuition sur l’intérêt du sujet se confirmant, nous avons décidé de le proposer à d’autres médias, mais avec une approche différente.

Nous avons d’abord organisé une visite de nos activités au Rwanda avec le journaliste de La Croix. Le sujet est sensible, notre programme rwandais ne pouvait pas accueillir plusieurs journalistes, nous avons donc privilégié un reportage qualitatif avec notre partenaire media.
Nous avons préparé un dossier de presse sur l’impact psychologique du génocide sur la société rwandaise, à partir de données historiques, d’études réalisées par Handicap International au Rwanda, de témoignages de psychologues et de bénéficiaires.

Pour communiquer plus largement auprès des médias français, nous avons profité de la présence d’Augustin Nziguheba – le psychologue rwandais référent de notre projet Santé mentale – de passage en France pour Handicap International quelques jours seulement avant la date des commémorations du génocide. Nous avons proposé à plusieurs médias de l’interviewer. La démarche a rencontré un franc succès. La parole d’Augustin, à la fois témoin de ce drame et expert en psychologie, représentait une vraie valeur ajoutée.

Augustin Nziguheba, spokesperson, psychologue

Augustin Nziguheba, psychologue et coordonnateur technique des projets de santé mentale de Handicap International au Rwanda © Wendy Huyghe / Handicap International

A quels médias l’avez-vous proposé ?
Nous choisissons de cibler des médias « chaud », c’est-à-dire les quotidiens, les radios, les sites web et les TV. Et parmi eux, une vingtaine de médias avec lesquels nous avons déjà des relations privilégiées, notamment à Lyon et à Paris. D’ailleurs, concernant Le Progrès, nous avons pu compter sur la réactivité et la collaboration de Philippe Pitaud.**

© Wendy Huyghe / Handicap International

© Wendy Huyghe / Handicap International

Comment se déroulent les interviews ?
Un sujet sensible comme celui du génocide rwandais nous a amenés à contacter les médias de manière personnalisée et d’organiser des rencontres en tête à tête avec les journalistes intéressés. Augustin s’est déplacé dans les rédactions. Je l’ai accompagné et je l’ai écouté répondre à chaque interview avec la même précision. Son témoignage était authentique, émouvant. Il est doublement concerné par le sujet, d’abord en tant que victime du génocide, puis en tant que psychologue pour Handicap International qui œuvre aujourd’hui encore aux côtés des personnes traumatisées.

Êtes-vous satisfaits des résultats ?
Oui, très satisfaits, les résultats sont à la hauteur de nos espérances compte-tenu des contraintes sur ce sujet (possibilité d’accueillir un seul média sur le terrain, deux jours seulement de présence du psychologue en France). Le sujet a été traité en radio (France Info, France Culture RFI, RCF…), dans la presse nationale (20 Minutes, La Croix, Le Nouvel Observateur…) et régionale (Le Progrès, le Dauphine Libéré, les Dernières nouvelles d’Alsace…) et sur le web (nouvelobs.com, 20minutes.com). Il a même fait l’objet d’un reportage sur ARTE, « Rwanda, 20 ans après le génocide » d’environ 15 mn, diffusé le 3 avril 2014 dans l’émission « Arte Reportage ».

Le plus de cette campagne ? Que le sujet soit incarné par la parole de notre psychologue, tout en évitant de surexposer des victimes de cette tragédie.

En parallèle, l’équipe Communication Externe de Handicap International s’est mobilisée pour mettre en exergue les actions menées en santé mentale au Rwanda. La contribution d’Augustin dans les médias a été relayée sur Twitter et Facebook. Un article est paru dans le journal Vivre Debout de mars 2014, destiné aux donateurs de l’association (200 000 à 450 000 envois), et un focus « RWANDA, briser le cercle de la violence » a été fait sur notre site internet pendant deux semaines au moment des 20èmes commémorations (slideshow, articles et page spéciale dédiée).

*un partenariat média est une collaboration entre l’ONG et le média sur un temps donné, qui génère un échange de visibilité. Les termes sont négociés au cas par cas.
** Philippe Pitaud, rédacteur en chef adjoint au Progrès (quotidien régional rhônalpin), est en contact avec l’équipe du projet Devreporter Network depuis le début du projet. Il a participé à la table-ronde « Quelle place ont la coopération et la solidarité internationales dans les médias locaux ? » au 1er forum international du projet à Lyon le 14 novembre 2013 (voir l’article du blog à ce sujet).

Focus dossier de presse (13 pages et 6 photos) – à consulter en cliquant ici
La première partie est centrée sur l’impact psychologique du génocide 20 après les faits et met en avant des statistiques très parlantes sur l’état psychologique de la population. La deuxième partie donne la chronologie de 20 ans d’actions d’Handicap International au Rwanda, sur la santé mentale mais aussi la lutte contre le VIH etc… Ces éléments donnent des clefs de compréhension des actions et de l’approche adoptée sur le terrain. Les apports sur la culture rwandaise ont d’ailleurs été réutilisés pour titrer l’article de l’hebdomadaire français Nouvel Observateur « Rwanda : le mot traumatisme n’existait pas avant le génocide ». Une première annexe donne les définitions de termes médicaux évoqués dans le dossier de presse (santé mentale, détresse psychologique). Une deuxième annexe illustre les faits par des témoignages de professionnels et bénéficiaires du programme.

Inspirez le projet ! Partagez avec nous des « cas pratiques » : une campagne de sensibilisation que vous trouvez intéressante, un média qui parle des thématiques de solidarité internationale …Faites-nous le savoir en cliquant sur les liens et en renvoyant le formulaire à acastelnuovo@resacoop.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s