Cas pratiques

Des cartes postales pour réfléchir à nos représentations

En 2014, le réseau Ritimo* (réseau d’information et de documentation pour la solidarité et le développement durable) lance une série de cartes postales et un marque page sur la solidarité internationale. Le ton humoristique et l’autodérision des messages de ces cartes postales et du marque-page en font des outils efficaces de sensibilisation. Explications de Myriam Merlant, Chargée des Publications Ritimo.

Capture3 Quelles constatations vous ont menés à ce projet ? D’où vient cette idée ?

L’idée de réaliser des cartes postales a émergé pour deux raisons : la première était de créer des outils de communication, pour mieux faire comprendre dans le milieu des ONG le travail de Ritimo autour de l’information sur la solidarité internationale et notamment sur la déconstruction des idées reçues. Ces cartes postales devant être diffusées principalement par les membres de notre réseau auprès d’un public déjà initié aux questions de solidarité internationale. Un deuxième objectif était d’informer et faire réfléchir un public plus éloigné, pas forcément acheteur de nos publications ou lecteur de notre site internet (un public que l’on rencontre lors de manifestations, de salons, le public scolaire…).

Les 8 cartes postales sont réalisées à partir des dessins de nos publications par Claire Robert (découvrez son site web) et tentent de balayer aussi largement que possible les différentes questions liées à nos pratiques de solidarité internationale : l’engagement des jeunes à l’international, le don alimentaire, le don de technologies, l’accès à l’information, les migrations, le tourisme…

Capture4Quel regard portez-vous sur les représentations liées à la solidarité internationale ? Et plus spécifiquement sur les rapports entre médias et acteurs de la solidarité internationale ?

Bien qu’il existe de plus en plus de moyens pour s’informer et communiquer (notamment via internet), les représentations liées à la solidarité internationale sont encore nombreuses. Les pays du Sud sont encore trop perçus de manière misérabiliste. Loin de participer à la lutte contre les idées fausses et les préjugés sur les pays « pauvres », le traitement médiatique qui est fait de ces pays semble, au contraire, les renforcer. Dans les médias « mainstream » -c’est à dire traditionnel, de grande audience-, les pays du Sud occupent moins de 5 % de l’espace médiatique et quand on en parle, c’est exclusivement sous deux angles : « le Sud que l’on plaint », qui correspond à une vision tronquée et misérabiliste des causes du mal développement et « celui que l’on craint », comme le montrent actuellement un grand nombre d’articles consacrés au virus Ebola en Afrique de l’Ouest ou à la radicalisation islamiste sur ce continent. Le traitement médiatique des migrations n’échappe pas à la règle : en diffusant des images d’exodes massifs et croissants d’Africains ou de Sud-américains, les médias associent la migration à la misère, la pauvreté, aux conflits et famines. Ils participent ainsi à véhiculer le fantasme d’une « invasion » des populations du Sud vers le Nord, qu’il faudrait drastiquement limiter car portant atteinte aux pays développés.

Heureusement, il existe aujourd’hui de nombreux médias alternatifs ou citoyens qui proposent d’autres regards sur le monde et d’autres analyses.

Capture9
Quelle réaction ces cartes ont-elles suscitées ? Etes-vous satisfaits des retombées ?

Ces cartes sont très appréciées, à la fois dans notre milieu de la solidarité internationale et par des publics extérieurs, moins informés. Elles remportent du succès par le ton humoristique, qui pique le lecteur et l’amène dans le même temps à réfléchir. Le message diffusé est également très simple : le dessin parle de lui-même et n’aurait même pas besoin de texte d’accompagnement. Je pense également que c’est cette autodérision qui plait : ces cartes montrent que la solidarité internationale questionne, qu’elle n’a rien d’évident et qu’elle peut même faire des dégats malgré les meilleures intentions du monde.
Nous n’avons pas communiqué sur ces outils auprès des médias, étant donné qu’il s’agissait au départ d’outils de communication interne à notre réseau. Mais globalement, nous notons que de plus en plus médias ou de maisons d’édition nous contactent pour nous demander l’autorisation de reproduire nos illustrations, qui commencent à être connues. Selon moi, une des prochaines étapes pourrait être la réalisation d’outils similaires pour questionner le jargon des associations de solidarité internationale. Car nous-mêmes qui combattons les préjugés employons parfois des mots englobants, trop restrictifs ou incompréhensibles. Parler de « pays du Sud » en est un bon exemple : peut-on mettre sous la même appellation un pays émergent comme le Brésil, en plein boum économique et un pays comme la Sierra Leone, qui possède l’un des indices de développement humain les plus bas au monde ?

Capture10

Où se les procurer ? Ces outils sont disponibles chez les membres et relais Ritimo. Diffusés en petite quantité, ils sont gratuits. N’hésitez pas à prendre contact avec le centre le plus proche de chez vous.

* Depuis 25 ans, le réseau Ritimo regroupe en France des lieux et des organisations (centres de documentation, lieux ressources, médias et projets documentaires en ligne…) engagés collectivement dans un projet de mobilisation citoyenne pour la solidarité internationale. Leur mode d’action principal est la collecte, la sélection et la diffusion d’une information critique, plurielle et diversifiée, privilégiant l’expression des citoyens, des associations et des mouvements sociaux de tous les continents. En France, cela représente 90 lieux ouverts au public pour informer et agir.

En savoir plus…

Capture

Inspirez le projet ! Partagez avec nous des « cas pratiques » : une campagne de sensibilisation que vous trouvez intéressante, un média qui parle des thématiques de solidarité internationale …Faites-nous le savoir en cliquant sur les liens et en renvoyant le formulaire à acastelnuovo@resacoop.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s