Débats

Réseaux sociaux & acteurs de la solidarité internationale : quelle utilité ?

© Romain DesgrandQue l’on soit une grande ONG ou une petite association, être présent sur les réseaux sociaux devient de plus en plus inévitable. Et pour cause : aujourd’hui, près de 3 Français sur 4 sont internautes et parmi ceux-ci, 79 % possèdent un compte personnel sur au moins un réseau social*. On parle de « socionautes ». Au sein du projet DevReporter Network, la question de l’utilité de ces réseaux pour tisser du lien entre acteurs de la solidarité internationale et journalistes est souvent abordée. Mais ces espaces participatifs en ligne offrent également l’opportunité aux ONG et associations de s’exprimer directement vers le public. Encore faut-il savoir comment…

Par Romain Desgrand

Qu’on se le dise tout de suite : à DevReporter Network, la différence entre « journalisme » et « communication » n’est pas discutable. Nous pensons cependant que pour améliorer l’information sur les pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Europe de l’Est, les organisations de solidarité internationale ont un rôle à jouer. Leurs expertises et leurs liens directs avec les habitants les amènent à être des sources d’informations. L’objectif du projet DevReporter Network est ainsi de créer un réseau de journalistes et d’acteurs de la solidarité internationale pour favoriser les échanges, la réflexion et  la construction d’une information plus contextualisée.

Lors de l’atelier international DevReporter Network qui se tenait en mars à Barcelone, acteurs de la solidarité internationale et journalistes ont tenté de faire émerger différents moyens d’améliorer leurs relations. Beaucoup d’idées ont germé (elles aboutiront prochainement à la rédaction d’un vadémécum). Parmi celles-ci, l’utilisation des réseaux sociaux par les associations de solidarité internationale a été évoquée afin d’échanger avec les journalistes. Les professionnels de l’info sont en effet particulièrement présents sur  Twitter. Le sujet divise. Pour certains participants présents à l’atelier, ces outils peuvent s’avérer efficaces. Pour d’autres, ils restent des « gadgets » et ne remplacent pas un contact physique et humain. Au-delà de la relation presse, les réseaux sociaux offrent aussi aux organisations de solidarité internationale l’opportunité d’échanger directement avec le public sur les pays dans lesquels elles interviennent. Il ne s’agit pas ici de productions d’informations journalistiques mais bien de communication. Une communication qui se doit d’être intelligente, dénuée de stéréotypes (misérabilisme, image véhiculant l’idée d’assistanat ou de l’organisation venant secourir une population faible…).

Ainsi, toujours dans le cadre du projet DevReporter Network, RESACOOP a lancé une formation de découverte « réseaux sociaux : de quoi s’agit-il ? » en mars dernier. Le public présent était majoritairement composé  de professionnels et de bénévoles de petites associations aux connaissances numériques hétéroclite. Cette expérimentation a permis d’identifier deux types de public : les personnes novices ayant besoin de conseils techniques pour s’aventurer dans l’univers des réseaux sociaux et des personnes déjà utilisatrices en quête d’une stratégie efficace et adaptée pour se positionner sur ces plateformes participatives. Sur cette question, beaucoup de chemin reste à parcourir. En début d’année, Harris interactive et l’Observatoire de la communication solidaire de Communication sans frontières ont publié l’étude « Les Organisations Non-Gouvernementales et les réseaux sociaux ». Réalisée sur un échantillon de 1015 personnes représentatif des internautes français âgés de 15 ans et plus, elle apporte un éclairage sur les perceptions et les  attentes des socionautes.

Premier constat : les utilisateurs ont une certaine méconnaissance des acteurs de la solidarité et sont parfois méfiants.

– 48% des internautes ont le sentiment que les ONG se ressemblent toutes et sont difficiles à différencier
– 65% des internautes français font confiance aux ONG
– les internautes pensent qu’en moyenne, moins de la moitié des dons sont dépensés sur le terrain

Les utilisateurs des réseaux sociaux « restent encore assez passifs et se disent gênés de relayer des informations qui pourraient heurter leurs contacts », explique les auteurs. Ainsi 37% des socionautes affirment avoir déjà « renoncé » à partager le contenu d’une ONG car ils craignaient de choquer leurs contacts. « Si un gros quart des socionautes disent avoir « commenté ou donné leur avis » ou « posté des messages positifs », les usages actifs restent encore minoritaires sur les comptes des ONG. » Cependant, 62 % des personnes interrogées juge la présence d’une ONG sur les réseaux sociaux importante.

Pédagogie, information et transparence sont les trois mots clefs qui résument les attentes des socionautes. Ils souhaitent notamment être « informer en temps réel sur les actions menées sur le terrain ».

Enfin, gardons en tête que les réseaux sociaux sont des espaces participatifs. À titre d’exemple, à la question « Comment les socionautes souhaitentils être impliqués par les ONG sur les réseaux sociaux ? » la réponse « Proposer aux abonnés de voter pour choisir le prochain projet entre différentes possibilités » arrive en tête.

Et vous, quelle utilisation avez-vous des réseaux sociaux ?

 

Pour aller plus loin :

– D’autres outils spécialement dédiés à la solidarité internationale existent comme le réseau social Horyou.
– Comment les ONG s’emparent elles des médias sociaux ?
– Réseaux sociaux, vers l’ONG 2.0 ?

*Étude Les Organisations Non‐Gouvernementales et les réseaux sociaux par Harris Interactive et Communication Sans Frontière, Janvier 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s